Rechercher
  • Frédérik Lépine

Se mettre à l'ACTION pour PERFORMER en ski alpin

Dernière mise à jour : avr. 29


La saison de ski est tout juste terminée. C'est le moment idéal pour faire le bilan de cette saison de pandémie et de se fixer de nouveaux objectifs pour la saison prochaine. Dans ce blog, mon but est de partager l'urgence d'élaborer une préparation athlétique et sportive cohérente pour performer à un niveau supérieur en ski alpin. D'abord, il sera question de préciser le processus ainsi que l'engagement pour viser le plein potentiel, de planifier adéquatement votre préparation physique et surtout, de nuancer le volume et l'intensité dans le contexte pour atteindre vos objectifs. À mon avis, plusieurs pistes à réflexion seront utiles aux coureurs à un niveau compétitif et aussi, aux professionnels de ski tels les moniteurs/entraîneurs qui veulent atteindre à un niveau supérieur de certification.


Dans un premier temps, il est important de nuancer entre la pratique intensive récréative et la pratique compétitive du ski alpin. La grande majorité de skieurs environ 80-90% souhaitent vivre de belles expériences en famille, de pouvoir en profiter s'en se blesser et de passer de bons moments sur la neige en plein air. Évidemment, pour ces skieurs, adopter un mode de vie active combiné à une bonne préparation physique complémentaire pour le ski est totalement souhaitable. Par contre, lorsque l'objectif devient une priorité afin de performer en ski, une bonne prise de conscience associée à une évaluation de l'ensemble des habiletés athlétiques sur les dimensions physiques, psychologiques, émotives sont pertinentes au début du processus. Le but est d'illustrer la réalité de l'individu que manière très objective pour cibler le développement requis pour cadrer dans les paramètres exigés au niveau compétitif. Majoritairement des cas, le constat est de mettre beaucoup d'efforts pour corriger les lacunes, de raffiner nos acquis et de repousser les limitations individuelles.


Comment planifier votre préparation physique dans le but de performer? Il faut se fixer un objectif en utilisant l'acronyme SMART.

  • Spécifique au ski alpin

  • Mesurable selon les exigences

  • Axé et Adapté aux caractéristiques individuelles

  • Réalisable selon les capacités

  • Temps déterminé selon la planification.

Pour être en mesure de planifier et avoir une vue d'ensemble de la préparation physique, une tâche cruciale et de faire une analyse de la situation initiale relié à un objectif précis. C'est à cet étape qu'il est important des dresser les éléments à développer en tenant compte de l'hygiène des habitudes de vie, des restrictions physiques ou médicales, des habiletés athlétiques et finalement les aptitudes techniques sur neige. Dans tous les cas pour lesquels un individu souhaite performer dans sa discipline, une autre question demeure. Est-ce que cette préparation fera partie d'une de ses priorités personnelles? Évidemment, il y a des priorités que nous ne pouvons pas négliger telles que les études académiques, les responsabilités parentales, la sécurité financière et la vie conjugale. Mais dans une perspective en parallèle, il aura des choix difficiles qui auront des impacts de l'objectif. Par exemple, dans certaines circonstances, il faudra faire des concessions comme renoncer à un party, de faire des heures supplémentaires au travail et même mettre de côté d'autres projets à plus tard.



Alors, lorsqu'il est le temps de préciser le volume d'entraînements pour devenir un athlète, un des aspects que les individus ont tendance à sous-évaluer la charge de travail qui est recommander. Selon mes expériences professionnelles dans le domaine du ski et de l'entraînement, j'ai rarement vu un athlète réussir en mettant moins de 8 à 12 heures pour son développement. Dans une semaine de 168 heures par semaine, ça représente à peine 5 à 7%. Évidemment, il ne sera pas question de mettre 10 heures de musculation. Une saine organisation des séances d'entraînements devront solliciter divers qualités physiques tout en modulant les filières énergétiques. Globalement dans une semaine, quelques séances seraient exigeantes physiquement et d'autres, beaucoup moins en misant sur des aspects techniques. Voici une liste d'activités possibles pour n'importe quel skieur-athlète; des séances de musculation, de pliométrie, de cardiovasculaire, de mobilisation, de contrôle moteur, de yoga, de relaxation, de vélo de montagne, de slackline, de paddle board, de roller blades, etc. Concernant la planification quotidienne. Mes recommandations sont de privilégier les entraînements en matinée et aussi durant les fins de semaine. Pourquoi? Parce que c'est la majorité du temps que les personnes sont disponibles. En somme, une multitude d'activités devront être exposées chez l'athlète afin de repousser ses aptitudes tout s'amusant pour raffiner ses habiletés athlétiques.

Également, l'élément clé qui caractérise une bonne préparation physique, c'est la spécificité pour devenir un athlète skieur. Certaines questions peu banales peuvent être dirigées pour découvrir le type de personnalité de l'athlète ainsi que de leur ouverture d'esprit.

Voici quelques exemples:

  • Quelle est la dernier fois que tu as tombé?

  • Quelle est la dernière fois que tu as fait un sprint sur 10 secondes?

  • Quelle est la dernière fois que tu as sauté haut sur un trampoline?

  • Quelle est la dernière fois que tu as fait une roulade?

  • Quelle est la dernière fois que tu as fait des "monkey bars" dans un parc ?

Ce sont des questions qui me permettent de répertorier le potentiel des habiletés motrices fondamentaux et aussi, la capacité à prendre des décisions rapides en jugeant les risques.


En conclusion, mon but est principalement de sensibiliser de l'importance de prioriser la préparation physique lorsque les objectifs sont de performer en ski alpin à un haut niveau. Ne faites pas l'erreur de se fier uniquement à votre pratique du ski.





658 vues0 commentaire